mercredi 24 septembre 2014

Que lire en cette rentrée ? Tout, apparemment…

Tous les livres de la rentrée littéraires sont-ils bons? La réponse vient de tomber: c'est oui. C'est du moins l'impression paradisiaque qu'on retirera de la lecture du supplément gratuit "Que lire?" édité par le magazine Lives-Hebdo, que vous avez peut-être trouvé chez votre libraire.

Bon, Livres-Hebdo est une publication "destinée aux professionnels du livre ( librairie, édition, bibliothèque) et au public intéressé par l'actualité du livre", et sa vocation n'est donc pas de renouveler la critique littéraire. Mais il s'agit là d'un supplément, offert aux clients des libraires, des lecteurs qui ne savent pas forcément tout ça et qui eux comptent sur ce chouette opuscule – Olivier Adam est en couverture, en noir et blanc, et on a presque envie de le chatouiller et de lui dire qu'il y a plus grave – pour se faire une idée sur ce qui encombre les étals (les étaux, a-t-on envie de dire…).

Du coup, tous les livres recensés sont loués. L'impression d'ensemble est vertigineuse. Que faire? demandait Lénine. Que lire? s'interroge Livres-Hebdo. Tous deux ont apparemment opté pour une réponse radicale. Blas de Roblès? "Total roman et total respect". Jean-Marie Rouart? "A son meilleur." Onfray? "Il pose les bonnes questions." Adrien Bosc? "Le feu d'artifice ne fait que commencer." Le Charlotte de Foenkinos? "Son opus le plus audacieux et le plus fort à ce jour." Olivier Maulin? "Qui l'aime le suive!" L'amour et les forêts de Reinhardt? "Une tragédie sublime." Un été en famille d'Arnaud Delrue? "Epoustouflant de maîtrise." Paul Harding? "Magistral, aérien et poignant." Joy Sorman? "Une conteuse incroyable que l'on écoute bouche bée". Etc.

Qu'on ne s'y trompe pas: ce supplément est tout sauf superficiel. Portraits fouillés, analyses enlevées, rappel des titres précédents, citations, etc., les journalistes de Livres-Hebdo ont lu et bossé. Mais le parti pris de ne pas critiquer, d'être positif accouche d'un panorama idyllique, et quand on parvient à la page 82 de "Que lire?", on se dit qu'il va falloir tout acheter et tout lire, Carrère comme Rosenthal, Beigbeder comme Volodine, Deville comme Adam… Effet paradoxal et inévitable: l'absence absolue de coups de griffe, voire de simples bémols, finit presque par faire douter d'autant d'engouement et de respect. A la fois c'est rassurant: il y en a pour tous les goûts, you-hou.

Cela dit, il n'est pas inutile de savoir lire entre les lignes, et le lecteur pourra s'amuser à deviner, sous le vernis de certaines louanges, pour ainsi dire en filigrane, ici une réserve pudique, là un désintérêt contenu. Quant à ceux qui ne figurent pas dans cette sélection, ma foi, ils sauront à quoi s'en tenir…

5 commentaires:

  1. Ceux qui ne figurent pas dans cette sélection sont sans doute ceux dont les épreuves des romans n'étaient pas prêtes à temps...

    RépondreSupprimer
  2. à lire : Viva, Deville. À mettre sous ton pot de fleurs: Peine Perdu, Adam.

    RépondreSupprimer
  3. Il n'y a pas que Livres-hebdo, si on feuillette Lire, c'est la même chose. Je préfère le supplément du jeudi du Monde, qui a parfois des choix différents... et il existe sans doute d'autres publications qui font davantage le tri, mais je suis loin de connaître tout.

    RépondreSupprimer
  4. ...et chez les blogueurs, misère, parfois c'est pareil , tout semble très très bien...

    RépondreSupprimer