vendredi 25 septembre 2015

Les affinités perceptives d'Yves Pagès


Que voit l’œil qui écrit ? Que fait l’écrivain quand il cadre ? Comment photographier des éclats de réel tout en écrivant autrement mais avec la même « visée », les mêmes « objectifs » ? Souvent, écrire consiste à machiner, à apparier contre nature, à faire fonctionner des éléments qui communiquent par des biais secrets, interdits ou encore inédits. C’est aussi, parfois, laisser monter le récit du fond de l’image, utiliser sa possible énergie pour d’autres travaux, d’autres structures. Donner leurs chances aux hasards objectifs, empêcher les métaphores d’aller jusqu’au bout d’elles-mêmes. Donc, Yves Pagès « prend » des photos, et l’on aimerait que dans ce verbe le lecteur entendre l’expression « reprise illégale ». Ces photos, ceux qui fréquentent son site archyves.net en connaissaient un certain nombre, mais Photomanies, que vient de publier le Bec en l’Air dans un format italien, permet à l’auteur du Théoriste de réorganiser la matière impressionnante de ces « choses vues ».
Ce « diaporama en apesanteur mentale » a besoin, pour sédimenter et voyager (double opération dont il s’efforce de faire proliférer le paradoxe), de s’ouvrir à ses frères, ses ennemis, ses possibles, ses devenirs. De là une taxinomie un peu rebelle comme en affectionne Pagès : binômanie, monolubie, fiascorama… Ces termes de « manie », « lubie », ce suffixe d’–orama, viennent on le sait d’un siècle XX débutant, encore imprégné de dix-neuf, et sont ici repris pour en détourner les codes pathologiques à fins tantôt facétieuses, tantôt séditieuses. Qui al lu Pagès les a déjà croisés : ce sont des mots-ludions, dotés d’un mécanisme-détente.
Que voit Pagès, ou plutôt que voit son œil facétieusement stéréoscopique ? Du langage, encore un peu, sous forme vestigiale – graffiti, panneau, annonce, affichage, plaque de rue, vitrine – mais un langage travaillé par la faillite, le balbutiement, la revendication aussi.  Quoi d’autre ? Des formes, bien sûr –  mais dont il cadre moins le spectre esthétique que l’embossage urbain – des formes, certes, ou plutôt déjà des appels de forme, comme on dit appels d’air, cette façon qu’a la chose de tapiner comme si, sans vergogne pour sa reproductibilité, elle cherchait à afficher sa particularité – or à ces particularités, ces attributs corrompus qui déjà ronge la substance des choses, Pagès « propose » (nous propose) un écho, un verso, ou plutôt un relai, comme si l’objet, outre sa forme, avait maille à partir et dire et faire avec un autre objet – plutôt nomade que mort !
Mais j’ai l’air de parler abstraitement de photos réelles, ce qui est par ailleurs le cas, et qui sans doute limite la portée critique de mes remarques. Si je m’y autorise toutefois, c’est que l’auteur lui-même s’adonne à cet exercice à la rubrique Fiascorama, puisqu’il décrit, en légende de photos absentes que « remplacent » des rectangles pas tout à fait muets, l’image prise et avortée. Ces « légendes » le sont à plus d’un titre, et font écho à cette esthétique subtilement abâtardie de « la petite nature morte au travail » dont Pagès a plus d’une fois décliné les avatars. Exemple d’une photo « vide » :
« Un aveugle tenu en laisse par son chien, à mi-chemin d’un passage clouté, boulevard Sébastopol, dans ma ligne de mire, mais dont l’insondable regard, derrière ses lunettes noires, me tient en respect. »
A la page blanche a succédé le regard aveugle, mais l’un comme l’autre n’entravent en rien la traversée des images. Pagès a intitulé sa préface : « à propos de quelques affinités perceptives » : on ne saurait mieux qualifier la sympathie organique qui circule entre ces photos et qui semblent les lier à leur insu par le liant d’une complicité un peu clandestine, de celles qui aiment à se saluer dans la divergence à défaut de pouvoir s’épouser dans la semblance. C’est donc, je crois, une forme de philosophie que propose Pagès dans cet album-énergumène qui machine et sidère par son intelligence et sa puissance optiques.

_______________
Yves Pagès, Photomanies, le bec en l’air éditions, 25€

Aucun commentaire:

Publier un commentaire