vendredi 12 septembre 2008

L'escroc et l'illisible

Heureusement que les critiques sont là pour remettre les pendules à l'heure. Ainsi, dans Marianne, un article de deux pages vient nous ouvrir les yeux: l'ouvrage de Vollmann – Pourquoi êtes-vous pauvres? – est, ni plus ni moins, "l'escroquerie de cette rentrée"! On y apprend que Vollmann fait preuve d'une "condescendance rétrograde", d' "indifférence", de "haine contenue" envers les pauvres. Il y est question de son "pragmatisme de pacotille", de son "post-tiers-mondisme", de ses "généralité douteuses", d'un "enchaînement d'aberrations", bref, de "terrible gâchis". Que répondre à ces "critiques" qui, finalement, relèvent plutôt de l'insulte que de la fine analyse? Que répondre à l'accusation de "relents de chronique coloniale"? L'indépendance de ton de Vollmann, sa puissance d'empathie, son humanité et ses connaissances sont sans cesse démontrées dans tous ses livres. Pourquoi une telle mauvaise foi, alors, dans cet article? Oh, la réponse est très simple: Vollmann nuance, il ne condamne jamais, il doute, il met en perspective. Il ironise, aussi, car la pitié n'est pas son arme. On ne trouvera jamais chez lui ce fiel que déverse avec une haine nullement contenue l'auteur de l'article. On a bien sûr le droit de critiquer la démarche de Vollmann et ses analyses, mais la peur de l'islamisme justifie-t-elle qu'on vomisse ainsi sur un écrivain qui, pourtant, ne saurait être soupçonnable de prôner le colonialisme? Il est grave de parler de "nausée" à la lecture d'un livre. Heureusement qu'il s'agit là d'un phénomène physiologique que ne procure jamais la presse…

Enfin, cerise sur le gâteau, un article paru dans Le Point nous informe que le roman de Thomas Pynchon, Contre-jour, "même s'il est largement acheté rumeur aidant, ne sera probablement lu que par l'auteur lui-même, son […] traducteur, Claro, et une poignée d'inconditionnels". D'où jaillit cette prescience? Nous ne le saurons jamais. En tout cas, l'auteur de l'article affirme s'être imposé la lecture intégrale du roman, c'est donc avec plaisir que nous l'acceptons dans ce cercle riquiqui de happy few. Le cercle de ceux qui lisent et aiment "des écrivains pour personne", qui lisent et aiment "des livres qu'on ne lit pas, mais dont on parle".

Résumons: Vollmann est un escroc à la solde du colonialisme et Pynchon a écrit un livre lourd et long. Je schématise, bien sûr, mais peut-être qu'ainsi on me proposera des piges dans un journal…


12 commentaires:

  1. Impossible, Claro, vous avez trop d'humour !

    PS : merci pour la soirée Pynchon d'hier. Je fais partie désormais de ce cercle riquiqui : j'ai commencé à lire Contre-jour en rentrant.

    RépondreSupprimer
  2. le livre de thomas pynchon est grand,grandoise,le sommet de son art,il est lourd de sens et légé,drôle et c'est du feu!et c'est maintenant!!!
    comme les bienveillantes est un grand livre,on en doute de moins en moins...(je retourne ma veste...),il ne sera pas long le temps où ces blasés,qui disent que les bienveillantes attendront(sic),
    les vanteront bientôt...richard blin dans le matricule l'avait de suite senti!on voyait un homme qui n'attendait pas pour aimer un livre que le savant(sic) du moment n'autorise le bon gout.sa critique est belle car on sent l'urgence de dire à d'autres son amour d'un livre!
    pour contre-jour ces critiques se ridiculisent!on ne peut dire qu'ils ne pensent plus à lire .ils pensent au fric,à l'argent qu'il vont toucher pour leur article de merde!(il faut dire que ces mecs sont plus riche qu'hubert lucot ou prigent!!!)ils ont besion d'argent?

    et de leur répondre
    "sauf qu'à notre époque,ce"besoin" nait directement des actions criminelles des riches,aussi on"mérite" la somme d'argent nécessaire pour les expier.C'est assez clair pour vous?"(Latchoz Anssoy,le grand critique américain!)
    quand à vollmann,c'est le plus simple à lire,alors ils lisent un peu et vlan assassinent....
    bon volmann est lourd,j'avoue!mais comme dostoïevski!mais le russe se lis encore et pour vollmann,en général on a lu que "les fusils"et pas en entier....mais "central europe" mérite un peu plus d'attention,ça s"est sur!mais personne ne l'a lu,alors?c'est pas sérieux,c'est caussard!

    RépondreSupprimer
  3. ah ,au moins anne-sophie est vivante et son blog n'est pas d'une caussarde!bravo!

    RépondreSupprimer
  4. "rumeur aidant" ? Quelle rumeur ? Quelqu'un peut-il m'éclairer, fyou please ?
    Welcome aboard, Anne-Sophie !
    Ah et puis je vois avec plaisir que bobo a tiqué comme moi sur Latchoz Anssoy...
    Mais je n'arrive pas à dire si Latchoz est davantage Kant...qu'autre chose.
    Mais voila-t-y pas que je retombe dans le happy few ? Rooo, pas bien.
    M'en fous, même pas honte !

    RépondreSupprimer
  5. C'est dingue, ces gens qui sont payés pour écrire et qui ne savent pas même lire.
    Contre-Jour est un livre absolument énorme, et magnifiquement traduit, soit dit en passant... Comme équivalent, au niveau sensation de lecture, je ne vois guère qu'Ada ou l'Ardeur, dans ma pauvre culture.
    Toutes mes félicitations, Claro, c'est incroyable ce que tu as fait.

    RépondreSupprimer
  6. Lorsque j'ai lu l'article de Marianne, j'ai été plutôt stupéfiée. Attendant le livre de Vollmann avec impatience (comme j'attends son livre sur la violence), je me suis dis : "Me serais-je trompée sur les propos de l'homme dont l'esprit ouvert sur l'autre m'avait sacrément enthousiasmée lors d'interview radiophoniques ? Me serais-je leurrée sur ses mots en lisant ses articles ?" Mince alors. Sans parler de ses romans. Bon, le lecteur est seul juge, 'ce pas ?
    Je me suis donc précipitée comme prévu pour acheter le livre.
    J'ai par ailleurs entamé le nouveau Pynchon et ne compte pas tomber du livre avant le point final.

    RépondreSupprimer
  7. Je me demande, de toute façon, ce que l'on pouvait bien attendre de "l'appareil critique" français dans son ensemble; ça ne m'étonne même pas. Le contraire, un type du Monde, du Nouvel-Obs ou d'un autre torchon qui se serait mit à lire (vraiment LIRE) Vollmann ou Pynchon comme il faut, ça... ça, ça m'aurait fait mal au c***l! Mais là... c'est malheureusement la triste mélopée habituelle. Encore heureux qu'ils n'aient pas traité Pynchon de crypto-stalinien!

    RépondreSupprimer
  8. Le problème du livre de Vollmann c'est qu'il est très critique des solutions politiques clé sur porte et qu'il ne propose pas d'alternative: il sait que ça ne marchera pas mieux. De plus, c'est un rapport au monde qu'il a lui en tant qu'un individu alors qu'en France et bien sûr dans le torchon que tu cites, on ne voit ça qu'en terme de phénomène collectif à régler collectivement. Et quand cette optique n'est pas défendue, on sort les crocs. Pathétique.

    RépondreSupprimer
  9. C'est vrai que l'article est consternant...
    espérons qu'il ne s'agisse pas du même Michel Schneider, celui des Morts imaginaires, de Marilyn dernière séance et autre Glenn Gould.
    L'article est lisible sur le site du magazine, ce que je propose c'est d'aller leur pourir le site pour leur prouver que nous existons, nous lecteurs de Pynchon.

    RépondreSupprimer
  10. Je crois bien, cher Bustos qu'il s'agit du Michel Scneider dont tu parles...comme quoi

    RépondreSupprimer
  11. le livre de pynchon a pour squelette "trois hommes en bateau(sans compter le chien)" de jkj.c'est très clair!pynchon ne s'en cacherait pas!et il doit admirer ce petit livre inoui! pour les enfants...il l'utilise comme shakespeare utilise"henry IV V VI VIII jules césar antoine et cléopatre tout est bien qui finit bien!!!!et fait pour les grands un géant "trois hommes en bateau(sans compter le chien)"et pour la conscience il ne fait pas du kafka mais du calo collodi et son pinocchio.pychon s'est fait de bois et met toute sa foi pour rester un homme!toute sa connaissance,tout lui!c'est pinocchio(pychon),comme claro était madman bovary(ce livre génial incompris?même pas!ignoré et bien à tord,car bien plus utile(pour moi!)que la route de mccarthy(très beau livre mais péssimiste et pas biblique comme le moby dick de melville l'est!ou l'absalon!absalon! de faulkner!melville et faulkner perdent,ils vous restent dans la mémoire à vie comme pinochio ou "trois hommes en bateau(sans compter le chien)".rester humble contre-dieu(jour lumière..contre-jour..).mccarthy peut écrire du térible sans flancher!ces romans jamais sont finis,le héros,mauvais ou bon repart!pas chez faulkner,melville pynchon.mccarthy n'a pas les moyens d'être bon,il n'arrive pas à écrire la résponsabilité!ce qu'a fait le grand littel,et ce que fait pynchon depuis V!les romans de mccarthy peuvent se lire très facilement,en deux semaines tout est lu!jamais il ne cherche l'absalon.et çà! çà suffit pas!(le cinéma peut le faire,ce que fait mccarty!pas contre jour ni absalon!)on a rien à tirer des romans de mccarthy sinon une beauté(mais est-elle suppérieur à celle de pynchon ou faulkner? non!sur non!)sans ce qu'on a de vital chez faulkner,pynchon,littel.
    pynchon est entier dans contre-jour son génie et ses faiblesses et même ses limites..ses aveux..le livre en est d'autant plus touchant,troublant.rimbaud qui avait vu l'arc en ciel dans la première illumination finissait face à dieu dans génie!notre rimbaud(pynchon!fans si vous voulez! comme fan de rimbaud!admiratif devant un plus grand que nous!qui dira du mal de rimbaud? la critique?(sic)] finit "face au jour""contre-jour"et reste humble,ce qu'il est,dans toute son oeuvre(grandiose)...

    RépondreSupprimer
  12. c'est une honte, je leur ai laissé un message d'indignation et ils me l'ont à moitié censuré.
    Toutefois je vais enquêter pour ce Schneider, parce que ça me fous en l'air!

    RépondreSupprimer