jeudi 19 juin 2008

And now…


Contre-jour, c'est dans la boîte! Bon, fallait bien que ça arrive un jour, ce point après le mot "grâce"… Certes, le boulot est loin d'être fini, puisqu'il y a la relecture des épreuves (1300 et quelques pages) à abattre d'ici le 12 juillet. Mais l'essentiel est fait. Comme à chaque fois qu'on achève une traduction, surtout de cette ampleur, un étrange sentiment s'insinue en vous: comme si ça n'était, justement, pas fini, comme si la traduction continuait, toute seule, dans l'ordinateur ou entre les pages, son travail secret, minéral, les mots s'ajustant très légèrement derrière le spath du silence. Hâte toutefois de se coller à la traduction d'Omega Minor, dont le début est un bel hommage à L'Arc en ciel de la gravité… Et puis on va relire aussi attentivement les épreuves de "Face à Pynchon", notre chouette collectif sur l'œuvre de Mr. P. 400 pages à peu près d'analyses serrées, de visions décalées, de témoignages précieux. Avec en avant-propos un texte passionnant d'Elfriede Jelinek, excusez du peu. Puis c'est Pierre-Yves Petillon qui nous livre un texte magnifique et sacrément documentée sur les ancêtres de Pynchon et l'usage qu'en fit l'auteur de V. Puis le programme se déroule, varié, contrasté, les textes se faisant écho,… Etienne Celmarre se penche sur Vineland, Moorcock sur Contre-Jour, Brice Matthieussent se rappelle notre traduction de Mason & Dixon et disserte sur la fameuse perluette (&…); l'américain Brian Evenson monte alors au filet et fouille les entrailles de Vente à la criée du lot 49. Votre serviteur se promène dans Contre-Jour, pour y décrypter l'incessante bilocation de ses tropes; Rick Moody, en deux textes impeccables, monre à quel point Pynchon a compté pour sa génération; Mathieu Larnaudie opère un malicieux et pertinent parallèle entre le couple Mason/Dixon et le couple Deleuze/Guattari; enfin, Fabrice Colin repeint Vineland sous de brillantes couleurs. C'est ensuite au tour de l'énigmatique Tomaso Pincio de farfouiller dans la malle ludique du maître. Laird Hunt s'immisce alors et nous parle de sa découverte de Pynchon, assez troublante. Arno Bertina explore les méandres de V., Luc Sante offre un beau portrait de Contre-Jour; Gallet/Lamm se coltinent l'Arc en ciel. Et Pierre Senges vient fermer le bal de façon très… Pierre Senges! Avec en prime des témoignages de DeLillo, Tom Robbins, Joanna Scott, Percival Everett et Richard Powers. Des dessins de Zak Smith. Quelques autres illustrations, aussi. Manque plus qu'un morceau de spath d'Islande comme au bon vieux temps de Pif Gadget!

2 commentaires:

  1. oh la la la la la la ...
    (vertigo)

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer