mardi 5 décembre 2017

Des nouvelles d'Albertine

Au cas où vous l'ignoreriez, s'il y a un bien un site de libraire à consulter régulièrement, c'est celui d'Emmanuel Requette, qui pilote la librairie Ptyx à Bruxelles. J'y trouve souvent des pistes (d'achats de livre, d'angles de lecture), et également, comme en ce début décembre, une recension de ma dernière traduction en date, Atelier Albertine, d'Anne Carson (dont la critique, pardon, dont la presse qui parle des livres se contrefiche royalement, par ailleurs, mais passons, c'est un autre débat, qui fort heureusement n'en est même plus un, paix à son âme, je veux dire l'âme du débat, bien sûr).
Voici donc quelques lignes claires et pertinentes sur ce qu'a fait Carson dans ce petit livre consacré au personnage de Proust, et ma foi, ça fait plaisir :

"Anne Carson s’intéresse bien ici à Albertine, le personnage de la Recherche. Le nombre de fois où son nom est cité dans le roman. Le nombre de pages où elle est présente. Son lesbianisme. Son rapport au mensonge. La possibilité que son personnage, par la grâce du procédé de transposition, ait été l’occasion pour l’auteur d’inscrire dans l’oeuvre Alfred Agostinelli, l’amant décédé dans un accident d’avion. Mais aussi, au fur et à mesure même que Anne Carson parait s’approcher au plus près du personnage d’Albertine, et donc du roman de Proust, elle parait également s’en éloigner. Comme si la rigueur pointilliste de son analyse nourrissait quelque chose de tout à fait autre. Comme s’il ne s’agissait in fine, par l’entremise de la lecture scrupuleuse d’un de ses personnages, que de sortir de l’oeuvre, la parasiter. Comme si lire, dans toute l’acception la plus précise du terme, était précisément cela : parasiter. Comme si Albertine devenait la métaphore/métonymie d’une oeuvre, que l’oeuvre devenait la métaphore/métonymie de quelque chose d’autre. On ne sait trop quoi. On sait juste que c’est beau." (Emmanuel Requette)
Il y aurait fort à dire sur cette notion de lecture comme opération de parasitage. Prenez donc quelques copies doubles et une brassée de stylo, et surtout, prenez votre temps: il ne sera jamais perdu si vous écrivez.
_____________
Anne Carson, Atelier Albertine, un personnage de Proust, 2017, Le Seuil, trad. Claro.

5 commentaires:

  1. Dommage que certains de vos billets soient guidés par le ressentiment. Si la presse littéraire, que vous vomissez en temps normal pour des raisons recevables, ne s'intéresse pas à vos écrits/traductions, où est le problème ? Tout cela manque de cohérence.

    RépondreSupprimer
  2. Non seulement la presse littéraire s'intéresse en général à mes écrits et mes traductions, mais je suis totalement immunisé contre le ressentiment. Tout cela manque de suivi.

    RépondreSupprimer
  3. Grand bien vous fasse. Ce n'est pourtant pas ce qui transparait ici, via cette pique chafouine transperçant le propos, mais soit.

    Puisque que je vous tiens, que pensez vous des ces quelques phrases écrites par Michel Onfray dans Cosmos : "Pas besoin de mots, la vie se vit sans qu'on ait besoin de la dire. La dire, c'est souvent ne pas la vivre. La dire abondamment, c'est souvent la vivre petitement."

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michel Onfray? C'est qui? Ou plutôt: c'est quoi?

      Supprimer
  4. On pense ce qu'on veut du personnage mais c'est surtout votre avis sur ces quelques phrases qui m'intéresse.

    Cordialement

    RépondreSupprimer