jeudi 31 août 2017

35 +1 (curieuses) raisons de se ruer sur Jérusalem d’Alan Moore

(édition limitée dite "the black magic box")

1.     Vous avez écrit un premier roman et vous vous demandez si on peut en écrire un deuxième. Sachez que Jérusalem est le deuxième roman d’Alan Moore. Ça peut vous redonner espoir.
2.     Vous vous demandez comment cesser d’avoir mal après avoir reçu un produit chimique corrosif en plein visage ? Le chapitre 1 vous fournira la solution radicale.
3.     Vous trouvez les romans trop plats et vous rêvez d’une lecture en 3D. Passez au chapitre 2 (« Une nuée d’angles ») et un ange jaillira aussitôt de sa fresque et planera au-dessus de la page.
4.     Vous êtes amoureux de Lady Di et fan de Jack l’Eventreur ? Vous rêver d’insulter le démon qui dort dans la braise de votre joint ? Passez au chapitre 3 (« Injonction au désir »).
5.     Vous vous demandez si vingt-cinq mille nuits c’est assez pour profiter de la vie ? Vite, filez au chapitre 4. Et arrêtez de voler la bouteille de lait de votre voisin, merci.
6.     Vous vous demandiez si on peut encore peut faire l’amour devant une cheminée quand on est mort ? Pas de problème, lisez les « Les sans-abri »).
7.     Un nez peut-il être aussi gros qu’un panais ? Northampton est-il « l’ombilic du pays » ? Facile. C’est dans « Une croix à l’endroit ».
8.     Vous aimez l’avoine ? Vous l’aimez l’orge ? Alors vous aimerez Avorge. Forcément, puisque vous aimez Charlie Chaplin. Paf, plongez dans « Les temps modernes ».
9.     Vous vous êtes toujours demandé si on pouvait à la fois écrire des hymnes chrétiens universellement acclamés et vendre des esclaves noirs ? Allez au chapitre suivant ;
10.  Vous vous demandez si Baudelaire peut remplacer Shakespeare dans une traduction ? Posez la question à Benedict Perrit.
11.  Vous avez envie de brouiller les cartes du Temps et de voir se dresser des églises-bordels où s’engouffrent le vaste Atlantique et une clinquante sauvage parade de clowns et de tigres ? C’est votre droit, continuez tout droit.
12.  Combien de temps peut vivre un enfant si beau qu’il fait pâlir le jour ? Mrs. Gibbs a la réponse.
13.  Vous avez toujours soupçonné le zéro d’être un tore. Vérifiez par vous-même.
14.  Vous vous méfiez depuis votre plus jeune âge des bonbons contre la toux ? Vous avez raison. Mick peut vous le confirmer.
15.  Où accent naît hissé ? Ex tousser soc île mais tard rêvé ? Pour le savoir, mourez et ressuscite dans « En travers de la gorge ».
16.  Le diable joue-t-il au billard ? A voir.
17.  Une petite envie de dentelle écarlate de tarentules meurtrières ? Ça arrive à tout le monde, surtout avec le démon Asmodée.
18.  Vous pensiez que les tornades n’emportaient les vaches que dans Le Magicien d’Oz ? Rectifiez le tir.
19.  Picasso vivait-il dans la quatrième dimension ? Il semble que oui.
20.  Vous aimez jouer au billard ? Essayez plutôt le trillard avec « Le combat des esprits ».
21.  Lire par-dessus l’épaule de Cromwell écrivant à sa femme à la veille de la bataille de Nasby vous tente ? Hop, c’est dans « Des épées qui ne dorment jamais ».
22.  Comment passer de la préparation d’un Yorkshire Pudding au grand incendie de Northampton ? Demandez aux salamandres.
23.  Qui donc peut descendre des océanides et vous bouffer tout cru ? Gaffe, vous êtes déjà en train de vous noyer comme Marjorie dans « Esprits malins et réfractaires ».
24.  Le trou a-t-il une âme ? Hélas, oui.
25.  Une cheminée peut-elle avaler toute une ville ? C’est fort probable. En tout cas, en 24 ça se passe comme ça.
26.  Est-ce que l’expression « zone insalubre » vous dit quelque chose ? Whoomff, tout est dans le 25.
27.  Peut-on construire une ville avec des feuilles de riz-la-croix ? Le 26 n’en doute pas.
28.  Vous vous demandez à quoi peut ressembler un 69 entre la fille de James Joyce et la chanteuse Dusty Springfied ? Belle curiosité. Hop, tous au 26.
29.  Newton aurait-il aimé s’occuper des finances à Bercy ? Allez donc frapper monnaie en 27.
30.  Mais qui donc a bien pu dire : « J’ai tué ta mère, j’ai tué ton père, vote pour moi » ? réponse en 28.
31.  Becket ou Beckett ? Les deux en 29.
32.  L’infini peut-il se parcourir à pieds ? Dégourdissez-vous les méninges en 30.
33.  Peut-on fumer un stylo-bille ? Essayez en 31.
34.  Peut-on évoquer dans le même alexandrin le De Profundis et la bite d’âne du gros Kenny ? Il semblerait que oui en 33.
35.  Vous voulez voir sous la robe de mariée déchirée du monde ? A vos risques et périls, c’est en 34.

-->
36.  Vous avez rendez-vous avec la femme d’Alan Moore. Elle vous attend en 35

5 commentaires:

  1. Vous allez arrêter de remuer le couteau dans la plaie, oui ? La libraire n'en avait plus. Elle n'en avait plus, je vous dis !
    Peut-être ce soir, elle m'enverra un texto.
    Sinon mardi (alors, le week-end sera long...)

    RépondreSupprimer
  2. Les hommes se laissent pousser la barbe uniquement pour ne plus ressembler à leur mère, ce dont se félicitent secrètement leurs filles qui ainsi ne leur ressemblent plus — Eric Chevillard

    EC est décidément devenu pratiquement le mètre étalon de la pensée
    sauf que son propos est non avenu dès qu'il s'agit des enfants de la femme à barbe

    RépondreSupprimer
  3. Honte à moi, j’ai cédé aux sirènes du marketing (au fait, étaient–ce vraiment des sirènes ?). J’ai donc fini par acheter «Jerusalem» d’Allan Moore, livre culte (surtout le début). Que peut-on avoir de nos jours pour 2.30 euros la page ? C’est en tout «Le Monde» pendant deux semaines. Il est vrai qu’on a les mots croisés en prime, donc dix minutes de répit par jour.
    Je dois reconnaître que la lecture des premières pages, déjà lues dans « Les Inrocks », ne m’ont ni fait bondir, ni grimper aux rideaux (d’ailleurs il n’y a pas de rideaux). Maso, j’ai fini par terminer le prélude, en espérant apprendre la mort des personnages. Hélas, il n’y a que les parents et la maison qui disparaissent. Va falloir subir Mick et Alma encore 1200 pages, soit 600 pages chacun. La vie n’est décidément pas un (long, hélas si) fleuve tranquille.
    Pour le produit chimique en plein visage, je crois en avoir fait le tour. Restent les amours improbables de Lady Di et de Jack l’Eventreur. Quant à savoir si le trou a une âme, on pourrait se poser la question de savoir si le bord du trou est un bon récepteur de l’âme. Autrement dit, changer d’esprit, c’est aussi faire évoluer le trou. Raymond Devos avait-il prévu cette interprétation ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec jean louis. passées les quarante premières pages, je me suis recroquevillé, abattu mais pas trépassé. Dommage, le "nouveau Pynchon", ce fût alléchant.

      Supprimer
  4. Enorme coup de coeur à la librairie : https://gaeletemmalibraires.wordpress.com/2017/09/16/jerusalem-dalan-moore/

    RépondreSupprimer