vendredi 4 juillet 2014

S'absenter silence: Le Clavier Cannibale te dit au revoir et ne sois pas sage


Comme chaque année, Le Clavier Cannibale s'interrompt, corps et esprit, avant même de pouvoir apaiser le flot des pensées qui mènent à la joie de la chair.
Oui, comme vous le savez, se ressourcer ne veut pas dire se tripoter le bigorneau, cela serait même le contraire. La méditation c'est avant tout arrêter de penser pour effectuer l'ouverture du cœur, envoyer de l'amour à tous les humains qui souffrent, c'est ce que l'on peut faire de mieux et de plus efficace pour eux. Car l'Autre existe, hélas, il est le miroir de celui que je vois en moi quand je me retourne pour mieux saisir le reflet de mon altérité au moment de réajuster mon putain de nœud de cravate. Amen.

(…)

Bon, visiblement, ce blog a besoin de repos.

Demain matin, à l'heure où vous faites ce que vous savez faire le mieux, je serai dans ma campagne, région rurale mais néanmoins campagnarde, hirsute quoique herbue (la région, pas moi), prolixe en menthe et pivoines, riche en orties et limaces, où chaque soir à la vesprée le naïf chevreuil vient me manger dans la main, âpre compagnon promu au gigot.


 
Ce blog te remercie de votre assiduité. Et tient à te témoigner, sinon sa gratitude (faut pas déconner non plus), du moins sa reconnaissance de caractères.


Voilà pourquoi, avant de nous télétransporter ailleurs quelques semaines, nous tenons à t'offrir ce poème de notre poète préféré of all times::: j'ai nommé le grand, l'incontournable, le fabuleux Maurice Carême – hop, musique:::


"Bien que je sois très pacifique,
Ce que je pique et pique et pique,
Se lamentait le hérisson.
Je n'ai pas un seul compagnon.
Je suis pareil à un buisson,
Un tout petit buisson d'épines
Qui marcherait sur des chaussons.
J'envie la taupe, ma cousine,
Douce comme un gant de velours
Émergeant soudain des labours.
Il faut toujours que tu te plaignes,
Me reproche la musaraigne.
Certes, je sais me mettre en boule
Ainsi qu'une grosse châtaigne,
Mais c'est surtout lorsque je roule
Plein de piquants sous un buisson,
Que je pique et pique et repique,
Moi qui suis si, si pacifique,
Se lamentait le hérisson."
Rendez-vous donc début septembre sur ce blog qui fera pour l'occasion peau neuve, avec  des tas de nouvelles rubriques (cruauté culinaire, bricolage sous l'eau, buzz mondain, astuces sexuelles, prières inutiles, cuisiner les animaux, athlétisme et spermophilie, cours d'informatique médiévale, etc.).


(Au revoir. Ndt)




1 commentaire:

  1. Des lectures accordées â vos chairs méditatives ?

    RépondreSupprimer