mardi 11 mars 2014

De la stabilologie en milieu sexiste

Ce qu'il y a de bien avec les publicitaires, c'est que dès qu'ils croient surfer sur les progrès de la société, ils ne font qu'en rajouter dans le stéréotype. Visiblement, on a les oreilles longues, chez Stabilo. On a dû avoir vent, dans un de ces luxueux bureaux décompartimentés, qu'il soufflait comme un vent de révolte, d'indignation du côté des opposants au sexisme. Oui, ils ont même dû lire la presse et découvrir ce monstre du Loch Ness qu'est la théorie du genre. Enfin, on ne sait pas. Le fait est qu'ils ont décidé de mettre fin à la dictature sexiste du Stabilo, dictature dont on ignorait tout mais dont il nous assure aujourd'hui qu'elle a bel et bien existé:
« Il y a 40 ans naissait le BOSS, un surligneur d’hommes dans un monde d’hommes. »
Eh oui. Entre 1984 et aujourd'hui, vous avez surligné virilement, sans peut-être même le savoir. A croire que la femme ne faisait que souligner, fin trait élégant qui préfère glisser sous les mots plutôt que d'oser les recouvrir de sa grosse patte colorée. Désormais, les femmes vont pouvoir accéder aux pleins pouvoirs du surlignage, mais attention! sans perdre pour autant leur féminité, faut pas déconner. On leur a concocté un Stabilo assez proche dans le design d'un flacon de vernis, histoire de les mettre en confiance. Tout ça est bien sûr justifié:
"Aujourd’hui, évolution des mœurs et parité obligent, les femmes accèdent au pouvoir. Plutôt que de copier les hommes, elles affirment leur différence et cultivent un style personnel. Pour les accompagner dans leur conquête, STABILO leur dédie un surligneur exclusif, NEON, qui s’affranchit des codes masculins et revendique un style délibérément féminin."
On appréciera, au passage, au risque de le surligner, le délicieux "obligent"… Mais ce n'est pas tout. Comment faire pour que les femmes n'hésitent plus? Parce que, hein, maintenant qu'on sait que ce stabilo était en fait un phallus déguisé, ça laisse songeur. On se demande d'ailleurs pourquoi les publicistes ne surfent pas là-dessus en arguant qu'en fait ce stabilo viril est un gode déguisé? Mais non, ils ont préféré jouer la carte de la féminité féminine, et pas qu'un peu! Lisez vous-même:
« Conciliant élégance et sens pratique, le surligneur arbore une silhouette élancée et fluide, des courbes adoucies, un toucher velours, une palette fluo et un pinceau biseauté pour un tracé parfait. »
C'est tout? Que nenni:
 « Même sur le point de vente, NEON reste féminin, avec une présentation inattendue en filet résille.»
Les amis, je crois qu'il est temps de relooker le scotch, ce truc pour sado-masochistes…

8 commentaires:

  1. on en reste scotché, c'est le cas de le dire (encore faudrait il définir si ce cas a un genre).
    le problème actuel est de savoir si un stabilo (une ?? néon) va être à la traine du nail art.
    je verrai bien un surlignage aux différentes couleurs, en traits surépaissis, et recouvrant tout le texte.
    et puis tant qu'on y est carrément des lettres de couleurs à la place des mots, voire même des images avec les quelques paroles dans un espace encore indemne (une sorte de nuage flottant et sortant de la bouche des personnages). voila la vraie façon de surligner. le texte serait finalement parsemé de traits noirs, que l'on pourrait appeler "ligne claire".
    décidément, comme disait quelqu'un on vit une époque formidable.

    RépondreSupprimer
  2. La connerie, c'était dès le départ, avec Dieu...

    RépondreSupprimer
  3. Puisque vous avez pris le temps d'écrire un article inutile, je prends celui de rédiger un commentaire inutile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réponse à ce commentaire inutile, voir le commentaire anonyme précédent. Il peut s'avérer, en l'occurrence, précieux.

      Anne

      Supprimer
  4. Et si j'adopte le NEON, rose de surcroit, je m'affirme définitivement comme tafiole irrécupérable pour la société judéo-chrétienne ? Alors j'en veux un container entier ! (même s'il y a plusieurs couleurs, comme ça je pourrai surligner en arc-en-ciel fluo, NA !)

    RépondreSupprimer
  5. Mais enfin tout de même, nous avons eu de la chance. Ils auraient pu choisir pour aller au bout d'un stéréotypage en règle, pour leur présentation, un surligneur de couleur rose. Ah bah oui, non, pardon.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    Cela faisait quelque temps que je n'étais pas venue sur votre blog, et je découvre plusieurs articles - osons le dire - féministes. Articles qui vous valent d'ailleurs un commentaire (que dans le doute je qualifierais d'humoristique) "arrêtez d'écrire sur les femmes". Moi même, qui ai l'habitude d'aller sur des blogs féministes, je me suis étonnée, tiens un homme qui parle du sexisme (plusieurs fois de suite !) dans un blog qui plus est littéraire.
    Je savais que les hommes féministes, ça existait, mais ça fait du bien de le découvrir de nouveau, de façon inattendue, au détour d'un blog qui a priori n'a rien à voir avec la choucroute.
    Et je rêve du jour où ça ne m'étonnera plus, qu'ailleurs dans la blogosphère, dans les discussions de mes collègues, dans le bus, tout un chacun débusquera le sexisme ordinaire...

    RépondreSupprimer
  7. Mon cerveau a définitivement grillé après le filet résille.

    RépondreSupprimer