mardi 3 décembre 2013

La sous-France du jeune Werber

Une des grandes joies de l'existence consiste à lire les entretiens qu'accorde aux journaux le romancier et néanmoins penseur Bernard Werber. Non seulement ces entretiens, quoique de surface, sont instructifs mais en plus ils sont hilarants, et il est fort possible que Werber, sous ses allures de réparateur d'appareils ehtnologiques en panne, soit en fait le digne et inénarrable successeur de Woody Allen – à son insu et pour notre plus grand gondolage. Prenez les Coréens, par exemple – ceux du Sud, hein, pas les méchants du Nord. Eh bien les Sud-Coréens adulent Bernard Werber – ok, c'est aussi le pays où le taux de suicides est le plus élevé. (Coïncidence? Je ne crois pas…) Mais passons. On peut se demander pourquoi les Sud-Coréens ont fait de Werber une idole. Réponse de l'intéressé, interrogé par la Libre Belgique :
"Dans ce pays de 50 millions d’habitants, le niveau d’alphabétisation est supérieur à celui de la France."
Ah. Effectivement, vu comme ça, on comprend mieux. Ça tombe sous le sens, même, maintenant qu'on y réfléchit. (Et ça donne presque envie de rester illettré.) Plus tu es alphabétisé, plus tu aimes Werber. C'est mathématique. Mais y a-t-il une autre raison, qui serait liée, par exemple, au "style" de l'auteur des Fourmis? (Imagine des guillemets en titane, quand même.) Mais bon sang c'est bien sûr! D'ailleurs, B-hum-W nous explique tout:
"Je suis un auteur populaire, facile à lire, visuel, sans mot compliqué,… un peu comme un film."
Là, je tique. Parce que les Sud-Coréens, avec leur niveau d'alphabétisation supérieur à celui des Français (et leur engouement  pour le suicide…), ne devraient pourtant avoir aucun mal avec les mots "compliqués" – au fait, c'est quoi un "mot compliqué", Bernard? Est-ce que "nigaud" est un mot compliqué? Est-ce que "prétentieux" est un mot compliqué ? Bon, je suppose que "oligophrène" est un mot compliqué, et qu'il y a sûrement un mot plus simple pour dire "arriéré mental".
En tout cas, on sait au moins quel genre de film doit regarder le cinéphile (pardon pour ce mot compliqué) qu'est Werber: des films faciles à lire et visuels sans mot compliqué. (Je vous rappelle que, dans un autre genre, Sarkozy avait essayé de nous faire croire qu'il aimait Ordet…) C'est quoi un film facile à lire et visuel sans mot compliqué? Euh, Dumb et Dumber? Ah, non, ça c'est déjà un peu trop "compliké". Ah oui! Le teaser du prochain roman de Werber !
Bon, on a l'air de se moquer, comme ça, mais Werber a aussi des idées sur la religion et le monde:
"Tuer au nom de Dieu ou se sacrifier, c’est un retour à un passé qui est totalement en décalage avec notre époque. Cela n’a plus aucune raison d’être."
Ouf. J'avais raison. Ce type est un grand comique. Un oligophrène mais un grand comique.