lundi 3 décembre 2012

Le microbe, ou l'arme ultime de la femme nue

Imaginez une femme. Bien. Vous y arrivez assez facilement, à ce que je vois. Maintenant, imaginez une femme nue. Parfait, je vois que vous êtes en fait archi doué. Je remarque au passage que votre représentation mentale d'une femme nue obéit à des données assez précises, puisque vous n'avez pas imaginé un gros boudin ou une vieille mémé, encore moins une centenaire obèse. Je ne vous juge pas, cela dit. La naïade que vous venez d'imaginer a les cheveux ondulés et des formes qu'en littérature on appelle opulentes, c'est votre droit. Nous sommes tous conditionnés, n'en faisons pas un fromage. (A quel fromage pensez-vous?) Bien. Pensez à présent à un microbe. Bon, là, je vous l'accorde, c'est moins immédiat. Mais vous y arrivez, vous êtes doué et vous avez de la ressource. Donc, vous vous êtes fait assez vite une image mentale du microbe, et même si, ne nous leurrons pas, votre microbe mental ressemble passablement à un poux vu au microscope, disons que c'est un microbe assez crédible, en tout cas au niveau visuel. Bon, il est temps de monter d'un cran. Imaginez que ce microbe soit une arme, et que la femme nue ait décidé d'utiliser cette arme-poux. Le poux va-t-il se doter d'un long canon ou d'un chargeur de mitraillette? Pas évident. On est même dans le n'importawak total. J'aurais dû dire: imaginez un poux femelle qui tient entre ses pattes un gros gun. On aurait obtenu un résultat plus probant.
Pourquoi je vous dis tout ça? Oh, c'est très simple. J'ai effectué une petite recherche statistique sur mon blog et j'ai découvert comment des internautes étaient arrivés à s'échouer sur ses arides rivages en général dédié aux livres qui ne se vendent pas ou à ceux qui se vendent trop. Parce que, quand je consulte le nombre de pages vues, je m'aperçois que les posts les plus regardés (je ne dis pas: lus – je suis naïf, mais pas à ce point), outre ceux consacrés à Zeller et Houellebecq, n'auraient pas dû l'être à ce point.
Pour exemple, sachez que mon post sur une soirée en librairie consacrée à un recueil de textes publiés par Inculte (recueil qui portait sur les mass murderers) remporte le pompon : la page en question a été "vue" 10 212 fois. Mazette. Si je peaufine ma recherche et que j'essaie de savoir par quels mots clés saisis sur un vroum-vroum de recherche nos fameux internautes se sont cassé les dents sur mon Clavier cannibale, alors là je comprends mieux.
Le post sur les mass murderers s'appelle "des armes des armes des armes" et comporte pas mal de noms d'assassins célèbres. Ne cherchez pas plus loin. Ze gun. Pan pan pan. T'es mort! 
Bon, ensuite, c'est moins évident. Il s'agit d'un post sur le livre de Diego Vecchio, Microbes, paru aux éditions de l'Arbre Vengeur. Il arrive en troisième position! Il a été vu 4478 fois ! Wow. C'est David Vincent (l'éditeur) et Diego Vecchio qui vont être contents! Eh bien "microbes" est précisément un des mots clés saisis qui m'a valu une telle fréquentation. Ah. Docteur, c'est grave? Je vais mourir?
Enfin, il y a un post sur l'obscure quatrième de couverture d'un obscur polar. Mais attention, dans le post, on tombe sur deux mots clés associés qui l'ont arraché tout net à l'ombre anonyme du web: "femme en body". Pas besoin de vous faire un dessin, là. Femme + body = succès garanti.
Aurais-je trouvé par mégarde le secret de la fréquentation maximale d'un blog par ailleurs confidentiel? Allez savoir. En tout cas, c'est la raison du post que vous venez de lire. Un post qui parle de femme nue, de microbes et d'armes ne devrait laisser personne indifférent, et pourrait même finir par amener à la littérature des internautes qu'on devine, en filigrane, à la fois doucement obsédés sexuels, un tantinet animés de pulsions meurtrières et carrément hypocondriaque. Mais c'est sans doute là une vision un peu schématique du type de lectorat qui flâne sur mon blog.
Je préfère croire que la personne qui lit mon blog est féministe, en bonne santé et pacifiste. Mais si c'est le cas, ne risque-t-elle pas à côté de l'œuvre de Diego Vecchio, de n'acheter aucun livre publié par Inculte et de ne jamais s'intéresser à certaines problématiques rédactionnelles éditoriales?
Moralité: échouer mieux c'est du boulot.


9 commentaires:

  1. Bonne idée. A vos lecteurs de vous filer un coup de pouce...

    J'AI AVEC MOI UN DOCUMENT QUI STIPULE LA LOTERIE EST GAGNÉE PAR VOUS!!! VENEZ CUEILLIR EUROCASH EN CARTE PAYPAL 100% GAGNANTE!!! SVP!! OUI!!
    PARTAGEZ VOTRE MUR FACEBOOK DANS LE COURRIER DE POSTE POUR 12.00.0000 EUROCASH PAR MOIS CALENDAIRE!!! ATTENTION OFFRE LIMITÉE VITE SVP!!SEULEMENT POUR MAINTENANT!!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai le souvenir qu'un post avec Shakira et nue dans le titre avait bien fonctionné chez moi ;)

    RépondreSupprimer
  3. Bah non, sans doute aussi obsédé que la moyenne, plutôt pacifiste et pourquoi féministe ; d'une manière générale plus proche de la littérature que des armes à feu et des microbes.
    Enfin, seulement si je prends mon cas pour une généralité, bien sûr.
    J'ignorais que ce blog fût confidentiel. me voilà enchanté d'être un happy few.

    RépondreSupprimer
  4. Il est drôle votre article... (mais pourquoi, une fille féministe, pacifiste et en bonne santé, passerait à côté de l'œuvre de Diego Vecchio, n'achèterait aucun livre publié par Inculte, ne s'intéresserait pas à certaines problématiques rédactionnelles éditoriales???? c'est vexant, limite...

    RépondreSupprimer
  5. Je suis effectivement féministe, en bonne santé, et pacifiste, en revanche je voudrais préciser que dans mon esprit les microbes ressemblent plutôt à ces biscuits d'apéritifs soufflés, là, je sais pas comment ils s'appellent.

    RépondreSupprimer
  6. J'en profite pour te remercier de ton blog, que j'ai trouvé en tapant "claro cannibale" dans gogol. Et de ta présence opportune lors d'une rencontre au merle moqueur alors que je ne 'venais pas pour ça'. Grâce à toi, j'ai cessé de ne lire QUE céline |céline-dion-en-body| et je me suis lancée dans Pynchon avec délice, en attendant les autres.

    et au fait, Dahut avec un "t", c'est la fille qui a coulé la ville d'Ys, oui, oui.

    RépondreSupprimer
  7. Claro, tu sais pas écrire. On écrit "un pou" et pas "un poux".

    RépondreSupprimer
  8. David Vincent de chez Mollat va vendre des microbes?Des Marc Petit? étonnant!Pour inculte la revue est en rentrant au fond à droite,et tes livres face à l'entrée(au moins 8 titres).Une idée de David Vincent.Mais les moteurs c'est vrai échouent mal.échouer mieux c'est trop de boulot.

    RépondreSupprimer
  9. je n'arrive jamais ici par hasard, vous êtes dans mon g**gl* r**d*r
    et oui, je vous lis, mais je ne sais pas si j'ai le bon profil pour m'imaginer une femme nue aux longues boucles et aux formes opulentes ;-)

    RépondreSupprimer