jeudi 8 novembre 2007

Light my pipe


"N'écrit-on des livres que pour les lire, ou non point aussi pour l'usage domestique? Contre un seul qui est lu d'un couvert à l'autre, mille sont feuilletés, un autre mille demeure dans la bibliothèque, certains servent à boucher les trous de souris, d'autres encore sont lancés contre des rats, plusieurs servent d'escabeau, de tabouret, de tambour, d'assiette pour le pain d'épice, à tenir la fenêtre ouverte et d'autres, enfin, d'allume-pipe."

Georg Christoph Lichtenberg, Le Miroir de l'Âme, éd. José Corti (traduit de l'allemand par Charles Le Blanc).

1 commentaire: