mardi 11 septembre 2007

Agenda


Nuit américaine
19 octobre 07

Faire découvrir à un large public un certain nombre d’auteurs majeurs de la littérature américaine du XXe siècle qui, malgré une reconnaissance critique indubitable, trouvent fort peu de lecteurs, tel est l'objectif de la soirée américaine des Traducteurs Fous...
Dès les années 1960, la fiction américaine a vu ses formes et son écriture prendre des chemins et se lancer des défis pour le moins singuliers. Des écrivains aussi différents que William Gaddis, William S. Burroughs, Thomas Pynchon, etc., ont bâti alors des œuvres souvent ambitieuses, parfois monstrueuses, toujours dérangeantes et jubilatoires. De jeunes écrivains, aujourd’hui, poursuivent des recherches dans ce prestigieux sillage.
Les libraires du Comptoir des Mots se sont plongés dès ce printemps dans un riche programme de lectures. Fin septembre, ils réaliseront un document en collaboration étroite avec Claro et Bernard Hoepffner, présentant une sélection bibliographique commentée, un parcours à travers les œuvres traduites par Hoepffner et Claro (et par d’autres, dans la collection "lot 49" notamment) et un entretien avec chacun d’eux.
Dans la librairie, une table et une vitrine présenteront les livres sélectionnés, la plaquette de présentation sera disponible et largement distribuée.
Il s’agit donc d’un événement qui met en avant le travail des libraires sur le fonds, le principe d’une défense de longue haleine d’œuvres vers lesquelles le public ne s’oriente pas spontanément.
La grande « Nuit américaine » du 19 octobre 2007, dans le cadre des « Nuits de l’écrit » se déroulera donc autour des interventions croisées de Bernard Hoepffner et de Claro ainsi que d’un programme de lectures d’extraits d’œuvres par les comédiens des auteurs sélectionnés, pour une soirée conviviale et ouverte à tous.

4 commentaires:

  1. Count me in...c'est dans le XXe non ?

    RépondreSupprimer
  2. Et ce document, on pourra l'obtenir autrement qu'en se rendant sur place?

    RépondreSupprimer
  3. Même question que Fausto, votre Honneur.

    RépondreSupprimer